Archives de l’auteur : ensembleluxaeterna

Fiona McGown

Formée au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris ainsi qu’à la Musikhochschule de Leipzig, la mezzo-soprano Fiona McGown est une jeune figure montante de la scène lyrique française.

Durant la saison 2016-2017, on a pu l’entendre notamment au Théâtre des Champs Elysées avec l’orchestre Lamoureux, au Théâtre de l’Athénée dans le Pierrot lunaire de Schoenberg, à la Cathédrale Notre Dame de Paris dans le Magnificat de Vivaldi avec l’Orchestre de chambre de Paris ainsi qu’au Festival Européen Jeunes Talents pour un concert de maître aux côtés de Karine Deshayes.

Sa voix chaude et lumineuse, sa curiosité et son enthousiasme à découvrir toujours de nouvelles musiques l’amènent à chanter de nombreux répertoires.
Parmi ses rôles de prédilection, on compte déjà Chérubin dans Les Noces de Figaro de Mozart (festival des Escales lyriques), Second witch dans Didon et Enée de Purcell (Théâtre de l’Athénée et Opéra royal de Versailles), Junon dans Sémélé de Haendel (CNSMDP), Hänsel dans Hänsel und Gretel de Humperdinck (Leipziger Symphony Orchestra) ou encore Fidalma dans Il Matrimonio Segreto de Cimarosa (Philharmonie de Paris).
Elle donne de nombreux récitals de mélodie et lied avec ses partenaires Célia Oneto Bensaïd et Tanguy de Williencourt (Auditorium du Petit Palais, Église Saint Louis des Invalides). Elle vient d’ailleurs de remporter avec Célia Oneto Bensaïd le Grand Prix de la ville de Gordes ainsi que deux engagements de concerts à l’occasion du Xème Concours International Lied et Mélodie de Gordes.
Elle est par ailleurs créatrice et dédicataire d’œuvres de compositeurs de sa génération parmi lesquels Camille Pépin (« Chamber music »), Fabien Touchard (« Le silence tombe en moi comme un fruit ») ou encore Othman Louati (« La frontière », « Now close the windows and hush all the fields », « L’été de nuit »).

Durant son riche parcours musical, elle a l’honneur de recevoir l’enseignement de Malcom Walker, Elène Golgevit, Regina Werner, Bernarda Fink, Véronique Gens, Christoph Prégardien, Anne Le Bozec, Susan Manoff, Vincent Vittoz, Emmanuelle Cordoliani, Christophe Rousset, Hervé Niquet.

Au programme de cette rentrée 2017, Fiona enregistre chez Alpha « 1623, Larmes de Résurrection » avec l’ensemble La Tempête, elle donne un récital autour de Shakespeare au musée de la Cité de la Musique avec Simon-Pierre Bestion, elle interprète le rôle de la deuxième Camériste dans Le Nain de Zemlinsky à l’Opéra de Lille et chante « Coro » de Berio à la Philharmonie de Paris sous la direction de Matthias Pintscher.

Parmi ses engagements futurs, on compte une tournée en Inde avec Le Poème Harmonique, « Swing Lenny » avec l’Orchestre de Paris, la reprise du Nain de Zemlinsky à l’Opéra de Rennes, « Fanfares Liturgiques » de Tomasi à la Halle aux grains de Toulouse avec le Toulouse Wind Orchestra, un enregistrement chez Évidence Classic de « Chamber Music » de Camille Pépin ainsi qu’un récital avec Anne Le Bozec au festival Messiaen au pays de la Meije.

Fiona est lauréate de la fondation Royaumont.

Publicités

Sullimann Altmayer

Sullimann Altmayer

Lauréats de nombreux concours internationaux (Illzach, Florence, Gorizia, Paris, Heerlen…), Sullimann Altmayer se produit aussi bien en soliste qu’en chambriste, avec des musiciens tels
qu’Augustin Dumay, James Campbell, Dan Zhu, Nicolas Bone, Yehonathan Berrick, Gil
Sharon, Carrie Denis, Henri Demarquette, Michel Strauss, Olivier Patey, Romain Descharmes,
Eric Lesage, Lise Berthaud, François Salque, David Grimal (il est par ailleurs membre régulier
de l’ensemble Les Dissonances depuis 2011).
Lors de ses concerts, souvent mêlés à des masterclass en Europe, Israël, Russie, Chine, Liban,
Afrique du Nord, Inde, Amérique Centrale, Asie du sud-est, Brésil ou Argentine, il tisse des
liens privilégiés avec de nombreux festivals, académies, conservatoires, fondations et
personnalités musicales. Ses prestations sont régulièrement diffusées sur les ondes (France
musique) et la télévision (Arte, France 2, France 3, Mezzo).
Né en 1981, Sullimann commence le violon à l’âge de six ans et poursuit ses études au
conservatoire supérieur de Paris-CNR, où il obtient un premier prix de violon. Il est admis
ensuite dans le département soliste et dans la classe de violon solo de Luc Héry. En 1998, il
fonde le Trio Con Fuoco et se perfectionne avec Véda Reynolds, Eric Le Sage, Paul Meyer,
György Kurtág, Gabor Takacs, et Mstislav Rostropovitch. En 2002, il est admis à la
Musikhochschule de Bâle (Suisse) en solistendiplom dans la classe de Raphaël Oleg, puis se
perfectionne à la Chapelle Musicale Reine Elisabeth de Belgique, dans la classe du quatuor
Artémis. En 2008, il travaille et se produit avec les solistes du Berliner Philarmoniker. Il est la
même année lauréat de la Fondation HSBC.
Il est aujourd’hui membre des ensembles Gustave, Sillages, et Court-circuit et vient de fonder
récemment le Collectif 21e Parallèle avec le compositeur Benoît Menut (grand pris SACEM
2016). Passionné de musique contemporaine, il consacre une partie importante de sa carrière à
promouvoir la musique de notre temps et travaille étroitement avec de nombreux compositeurs, entre autres, György Kurtag, Edith Canat de Chizy, Pascal Dusapin, Philippe Hersant, Javier Maldonado, Suzanne Giraud, Bardi Johanssohn, Philippe Hurel, Graziane Finzi, Georgia Spiropoulos…
Sullimann vit à Paris et joue un magnifique violon de Francesco Gobetti, Venise, c.1710, prêté
par un généreux mécène

Mayeul Girard

Mayeul Girard

Mayeul Girard commence très jeune ses études à Avignon, les poursuit au CRR de Boulogne, avant d’intégrer le CNSM de Paris dans la classe de Bruno Pasquier, puis de David Gaillard. Il crée en 2008 le Quatuor Girard avec lequel il entre dans la classe du Quatuor Ysaÿe au CRR de Paris avant d’accomplir  un 3ème cycle à la Haute École de Musique de Genève auprès de Miguel da Silva. Invité par de nombreuses académies parmi lesquelles l’European Chamber Music Academy, l’Académie musicale de Villecroze, Proquartet, ou le Festival d’Aix-en-Provence, il reçoit les conseils des meilleurs musiciens internationaux, tels qu’Alfred Brendel, Hatto Beyerle ou Valentin Erben (Quatuor Alban Berg). Il est notamment lauréat du Grand Prix l’Académie Ravel, de la Fondation Banque Populaire, du Prix HSBC du Festival d’Aix-en-Provence, et du Concours de Genève. Il est nommé en 2013 professeur d’alto et de musique de chambre au Conservatoire de Caen, et en 2017 Conseiller artistique de l’Orchestre de Caen. Il fonde en 2015 l’Ensemble Gustave avec le violoniste Sullimann Altmayer, le violoncelliste Tristan Cornut et le pianiste Antoine de Grolée.

30 décembre 2017 – Basilique de Montmartre

L’ Ensemble Lux Aeterna vous offrira, entre autres, le Stabat Mater de Pergolèse et le Gloria de Vivaldi, accompagné du Chœur de Grenelle, au milieu de milliers de bougies installées par Kalalumen dans la basilique du Sacré Coeur. Une soirée placée sous le signe de l’émerveillement, pour ouvrir ses yeux, ses oreilles et son coeur à la magie d’un instant de beauté unique…

Entrée libre, dès 20h30

Suivez la préparation du concert sur notre page  Ensemble Lux Aeterna  !

Illumination de la Cathédrale de Lausanne en clôture du Festival de la Cité par Kalalumen / Renato Häusler.
© 2011 by Philippe Krauer – Lausanne – All rights reserved

Saison III

Quelques projets de la saison 2017 :20170412TenebresSaumur_6.jpg

  • Le 28 mars, participation à une Passion à l’Institut Albert de Mun de Nogent-sur-Marne (94)
  • Le 12 avril, Office des Ténèbres avec Leçons de Couperin et Miserere d’Allegri à Saumur (49)
  • Le 14 avril, Office des Ténèbres avec Leçons de Bernier lors des 22e Pâques musicales de Champeaux (77)

A côté d’œuvres très célèbres, Lux æterna fait également découvrir des compositions peu connues,

comme les Leçons de Ténèbres du Deuxième jour, de Nicolas Bernier. Le 14 avril est vraisemblablement une recréaction mondiale.

D’autres événements sont prévus, à suivre !

Marthe DAVOST, Soprano

Marthe Davost Lux Aeterna

Marthe Davost, directrice artistique de Lux Aeterna

Après des études de violon et clavecin, c’est à la maîtrise de Bretagne que Marthe découvre son intérêt particulier pour la voix. Très jeune, elle intègre les choeurs de l’Opéra de Rennes et le choeur Mélisme(s) sous la direction de Gildas Pungier. Souhaitant poursuivre une formation de soliste, elle entre dans le cursus de Musique Sacrée à Notre Dame de Paris (MSNDP) sous la direction de Lionel Sow de 2010 à 2012. Elle poursuit au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris (CNSMDP) dont elle sort diplômée en juin 2017.

Marthe aime voyager du chant grégorien à la musique la plus contemporaine. En 2014, elle participe à la création de l’Ensemble Lux Aeterna et en 2016 en devient la directrice artistique. 

Marthe Davost est aussi régulièrement sollicitée pour des récitals autour de l’oeuvre d’Hildegarde von Bingen dont l’ambitus nécessite agilité et souplesse vocale. Elle se produit régulièrement à la cathédrale Notre Dame de Paris lors des concerts de Musique Sacrée. Elle a une prédilection pour la mélodie française dont elle aime défendre le répertoire lors de récitals parisiens. Ce soprano léger se complait également dans une vocalité plus lyrique qu’elle est heureuse de vous donner à entendre.